06.01.73.88.13 contact@oliviadupuy.com
Un éditeur met en ligne un guide gratuit pour aider à… l’autoédition !

Un éditeur met en ligne un guide gratuit pour aider à… l’autoédition !

« La filiale UK du groupe Penguin Random House, le plus gros éditeur international de littérature avec plus de 3 milliards € de chiffre d’affaires, vient de mettre en ligne un guide pour aider les auteurs… à s’autopublier. »

C’est ce que révèle  Victor De Sepausy dans un article, paru le 27.06.2019, sur le site Actualitté, à découvrir ici : https://www.actualitte.com/article/monde-edition/un-editeur-met-en-ligne-un-guide-gratuit-pour-aider-a-l-autoedition/95537

 

 

Cours de français professionnel

Cours de français professionnel

Un nouveau cours à découvrir sur la plateforme FUN MOOC : cours de français professionnel, à partir du niveau A2.

Comme l’expliquent les auteurs, ce cours permet, par exemple, d’ « apprendre à rechercher un emploi, postuler à une annonce, passer un entretien, intégrer une entreprise, travailler en équipe et échanger avec des collègues. Vous allez aussi découvrir des métiers dans des secteurs qui recrutent : le bâtiment, l’hôtellerie, la restauration, l’informatique, la santé, les services à la personne et aux entreprises. »

Le cours est ouvert à partir du 31 mars 2019.

 

Plus d’info ici : https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:dgef-interieur+134005+session01/about

Une histoire de la littérature de voyage

Une histoire de la littérature de voyage

France Culture, LSD la série documentaire, 03/06/19 :

« Lorsque que Claude Lévi-Strauss écrit en ouverture de son livre Tristes tropiques « Je hais les voyages et les explorateurs », il souhaite choquer, mais il souhaite aussi que l’on parle un peu plus des peuples, un peu moins des aventuriers.

On le lit,dans tous les récits de voyage, cette certitude de l’européen d’être supérieur parce que chrétien. C’est le christianisme qui gouverne le fait d’aller voir l’autre, qui suscite un regard curieux mais qui est une humanité qu’il faudra amener à un autre niveau de civilisation et qu’il faudra christianiser. Tout ça gouvernent le regard jusqu’à la fin de l’époque coloniale c’est-à-dire aux abords du XXe siècle. Marie-Hélène Fraïssé

Mais qui raconte ces peuples ? Qui raconte le monde ?

J’ai des livres sur les cartes, des vieilles cartes, ça me fait complètement rêver, parce qu’on voit des pays, des territoires apparaître avec beaucoup d’erreurs. J’aime beaucoup ces erreurs parce que les voyageurs vont vers un inconnu qui est mal cartographié. Ils croient trouver quelque chose et ils vont trouver autre chose. Marie-Hélène Fraïssé

Des salles d’archives où sont conservés les manuscrits des explorateurs aux librairies de voyage, en passant par la discothèque d’un passionné de 78 tours de sons du monde, nous embarquons pour une navigation sonore dans une histoire de la littérature de voyage.

Les archivistes comptent en mètre linéaire, donc on a à peu près 38 km d’archives à l’ANOM. Isabelle Dion

Avec

Thomas Henry, collectionneur de 78 tours Ceints de bakélite
Isabelle Dion, directrice des Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM)
Marie-Hélène Fraïssé, auteur, grand-reporter
Jean-Marc Durou, photographe et auteur
Tristan Savin, auteur, éditeur de la revue Long Cours
Emeric Fisset, auteur et fondateur des éditions Transboréal
Catherine Domain, fondatrice de la librairie Ulysse
Emmanuelle Fournier, voyageuse à moto

Une série documentaire de Arnaud Contreras, réalisée par Jean-Philippe Navarre, mixé par Alain Joubert
Bibliographie

L’Eldorado polaire de Martin Frobisher, Marie-Hélène Fraïssé (éd. Albin Michel)

L’Ivresse de la marche – Petit manifeste en faveur du voyage à pied, Emeric Fisset ( éd. Transboréal) »

À écouter ici : https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/raconter-le-monde-14-une-histoire-de-la-litterature-de-voyage

La passion de l’auteur, ou pourquoi tout travail mérite 10 % (même si on l’aime)

La passion de l’auteur, ou pourquoi tout travail mérite 10 % (même si on l’aime)

« Naïma Murail Zimmermann est autrice d’une quarantaine d’ouvrages. Membre de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse et de la Ligue des auteurs professionnels, elle livre ici un récit sans fard du quotidien d’auteur, de la réalité des pratiques de rémunération, et le revendique haut et fort : écrire est un métier. Et qui dit métier, dit également encadrements pour rééquilibrer des rapports de force profondément déséquilibrés.

Naïma Murail Zimmermann

J’ai récemment rencontré un auteur dont le texte d’album venait d’être accepté chez un éditeur bien connu. Assez vite, la discussion en vient à la rémunération qu’on lui propose (les conversations entre auteurs et autrices sont souvent plus prosaïques qu’on ne l’imagine).

Il m’apprend alors qu’il va avoir 2 % de droits sur le prix de vente HT de l’album.

2 %. Prenez un album et essayez de faire le calcul de ces 2 % en centimes. Déprimant, pas vrai ?

Peu de gens s’imaginent à quel point l’auteur touche peu sur les ventes de la plupart de ses ouvrages. Lorsqu’on révèle nos pourcentages aux lecteurs (voire aux libraires), c’est souvent la stupéfaction. En réalité, les « droits d’auteur » recouvrent des réalités très diverses d’un éditeur et d’un auteur à l’autre. Au cours de ces deux dernières années, on m’a proposé des pourcentages allant de 0,5 % à 10 %. Pourquoi ? Parce que les droits perçus par l’auteur ne sont pas encadrés juridiquement. Il n’y a aucun minimum légal.

Face à cette situation, les auteurs se retrouvent souvent isolés et très démunis. Si on ne travaille pas avec de nombreuses maisons d’édition, il est difficile de se faire une idée du pourcentage « juste ». De savoir que certains éditeurs proposent 10 % progressifs jusqu’à 14 % et que, même si les pourcentages ont tendance à reculer, c’était là le pourcentage moyen en littérature « adulte » il y a encore quelques années. Il est aussi difficile d’avoir une sécurité financière suffisante pour bloquer des semaines, voire des mois, en négociations.»

Découvrir la totalité de l’article ici : https://www.actualitte.com/article/tribunes/la-passion-de-l-auteur-ou-pourquoi-tout-travail-merite-10-meme-si-on-l-aime/95152